Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller au contenu
Accueil Actualité

Editorial Juillet-août 2017 : La Chambre et les syndics de copropriété

Editorial Juillet-août 2017 : La Chambre et les syndics de copropriété
Denys BRUNEL, Président de la Chambre Nationale des Propriétaires Voir le document

La Chambre et les syndics de copropriété 

Nous avons des partenariats avec des entreprises (Citya et Loiselet & Daigremont) qui exercent la fonction de syndic et il me paraît utile de clarifier notre rôle ! Nous ne nourrissons pas, à l’instar d’une certaine association, qui devrait pourtant s’abstenir de donner des leçons de morale, de positions violentes à l’encontre des syndics.

Lorsque l’un de nos adhérents est mécontent de son syndic, nous examinons les griefs et nous essayons de rapprocher les points de vue : rien ne vaut le dialogue avec éventuellement un « facilitateur ». Mais il faut bien avoir en tête que le syndic est là pour suivre les orientations décidées en assemblée générale et les directives du conseil syndical. J’ai vu beaucoup d’adhérents, mis en minorité sur un sujet, qui se plaignaient du syndic.

Notre réponse est évidente : l’adhérent ne peut en vouloir au syndic, il doit convaincre les copropriétaires. Enfin, il faut se souvenir que la concurrence règne et que si l’on est mécontent de son syndic, il est aisé de lancer un appel d’offres pour en trouver un autre. La Chambre Nationale des Propriétaires a mis en place un dossier à cet égard pour vous aider. Il faut se rappeler aussi que dans certains cas (comptes séparés), la complexité et donc les coûts supplémentaires ont été générés par les demandes supposées refléter la position des propriétaires.
Or, celle-ci n’est pas la mienne. On se plaignait des intérêts créditeurs générés au profit des syndics. Comme chacun le sait, la rémunération de ce type de comptes est aujourd’hui voisine de 0 (même négative à certaines époques). Le sujet n’existe donc plus. Quant au syndic malhonnête ou qui tombe en règlement judiciaire, la solution est simple : avoir une caisse de garantie à couverture large, gérée par la profession sous le contrôle de l’État (comme cela existe dans beaucoup de professions) qui indemnise en cas de sinistre.

Bref, ne tirez-pas ... sur le syndic.



Denys BRUNEL, 
Président de la Chambre Nationale des Propriétaires