Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller au contenu
Accueil Actualité

Éditorial - Octobre 2017 : Paris martyrisé

Éditorial - Octobre 2017 : Paris martyrisé
Denys BRUNEL, Président de la Chambre Nationale des Propriétaires
Paris martyrisé

Après l’encadrement des loyers dont on est sûr de l’effet négatif sur les propriétaires bailleurs sans pouvoir constater un effet positif sur le niveau des loyers (les exemples étrangers le montrent, la loi de 1948 également et les chiffres récents suite à l’encadrement des loyers d’août 2015 n’apportent aucun élément pour conforter
la thèse de ceux qui y voient la solution pour faire baisser les loyers). Emmanuel LECHYPRE, journaliste et chroniqueur économique sur BFMTV citait avec raison l’économiste suédois et ancien président du comité du prix Nobel d’économie, Assar LINDBECK, qui disait : « Il y a deux moyens pour dévaster une ville : la guerre et
l’encadrement des loyers ».

Après les préemptions de toutes sortes (immeubles entiers ou DPUR) ayant pour objet d’installer la mixité sociale (fût-ce au prix de dépenses considérables et de la montée des prix des autres logements), nous voici devant le « diable voiture ».

La mairie de Paris ne veut plus de voitures ! Pour preuve, la réduction du nombre de places de stationnement, les circulations interdites (les berges, demain la rue de Rivoli...) - au prix d’embouteillages géants ou de l’engorgement du périphérique et donc de l’augmentation de la pollution - la multiplication des zones « 30 » et des
journées sans voitures...

Il faut rappeler que les ayatollahs verts ont commencé par chanter les louanges du diesel contre l’essence (moins d’émissions de CO2), puis le diesel est devenu l’ennemi numéro 1 (émission de particules). Or, la France et beaucoup d’autres pays se sont « dédielisés ».

Mais, en même temps, Nicolas HULOT, bien aimé des verts, indique que le moteur à explosion est voué à disparaître - il a raison - au profi t de l’électrique, de l’hybride
(l’hybride avec des voitures à quasi 100 % en mode électrique en ville) ou encore de la pile à combustible, voire de nouvelles inventions. Il croit au progrès, à l’amélioration des techniques, aux découvertes de la science et des technologies, et ceci, contrairement à certains « verts » qui ne rêvent que de décroissance, de retour au cheval...

Mais alors, comment imaginer que l’on va mettre en place des solutions quasi irréversibles pour régler un problème qui va disparaître ? Cet argent et cette énergie ne
seraient-ils pas mieux utilisés à encourager les constructeurs, à multiplier les bornes de recharge, à donner des avantages aux véhicules électriques, à encourager les taxis « verts »... ?

Le rêve de certains, à savoir ni voitures, ni propriétaires dans Paris, est le cauchemar de beaucoup !

Denys BRUNEL
Président de la Chambre Nationale des Propriétaires